Interview Sandra MAJOR – Le sucre au four – Québec

  Bonjour Sandra et merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à mes questions  🙂

Quelle est ta vision personnelle du cake design ?

Le cake design est pour moi une expression de l’art sous forme de sucre. C’est une façon de pouvoir s’exprimer et d’explorer un monde de création qui se mange. C’est infini, puisque tout se transpose en sucre.

 Quels sont, pour toi, les différences entre le cake design canadien et français ?

Hahaha, j’ai fait une vidéo sur le sujet justement. Je vais mettre le lien plus bas pour que vous puissiez la visionner. C’est un peu humoristique et mes élèves de la France en redemandent. Il existe quelques différences à ne pas négliger. Au Canada, nous somme très influencés par le cake design des États-Unis, nos voisins. Alors on mesure tout en pouces (malgré notre système métrique…) plutôt qu’en centimètres, nos termes sont souvent anglicisés, on dit ici ‘’fondant’’ plutôt que ‘’pâte à sucre’’, on n’utilise pas de recette de molly cake, mais des Génoises ou ‘’Sponge cake’’. On recouvre beaucoup plus nos gâteaux de crème au beurre, comme les américains. Toutefois, en général, les techniques sont similaires. Les différences ne sont pas marquantes je trouve. Il existe plusieurs similarités.

 Quand et pourquoi as-tu commencé à te passionner pour le cake design ?

J’ai commencé un peu comme tout le monde. Je voulais faire des gâteaux pour ma famille. Pour ma part, quand j’ai débuté, j’étais en congé de maternité lorsque j’ai fait mon premier gâteau il y a 8 ans. Ça s’est vite transformé en passion. J’ai toujours été artistique, mais je n’avais pas de médium. Le gâteau est donc devenu mon canevas.

 Peux-tu nous parler de ton parcours professionnel ?

J’ai commencé par faire quelques gâteaux pour des ami(e)s, et petit à petit, j’ai agrandi mes horizons. Je m’impliquais beaucoup dans les groupes sur Facebook au début. Je voyais souvent les mêmes questions revenir. Je me souviens m’être dit que je ferais des vidéos pour les partager plutôt que de devoir répondre à chaque fois, ça serait plus simple pour moi et plus facile pour les gens qui débutent de comprendre les procédures et les techniques etc. C’est vraiment quand j’ai commencé à enseigner le cake design avec mes vidéos Youtube que mon parcours a vraiment pris une forme plus professionnelle. Ma passion n’était plus seulement le gâteau, mais aussi l’enseignement sucré.

 Quel est ton processus de création à partir du moment où une commande arrive chez toi ?

Puisque je n’en vends pas, mon procédé est un peu différent. Je peux vous expliquer comment je procède pour réaliser mes cours en ligne chaque mois. Je commence par trouver le thème. Habituellement pour les gens qui en vendent le thème est imposé. Je ne créé aucun gâteau de marque déposé tel que Disney ou Pixar pour mes cours. J’en fais parfois pour ma chaine Youtube. Je préfère les thèmes plus globaux et sans risque. Du moment où c’est choisi, je trouve ensuite le type de gâteau que j’ai envie de faire. Un gâteau à étage ? Une structure ? Un gravity cake ? J’essaie toujours d’alterner les styles de cours pour que tous mes élèves y trouvent leurs comptes. Chaque mois le style diffère et j’essaie toujours de montrer des techniques changeantes. C’est donc un ‘’challenge’’ pour moi, d’innover à chaque mois. Et j’adore. Ensuite pour m’inspirer je me fais des tableaux sur ‘’Pinterest’’. Mon truc pour des gâteaux uniques est de chercher de l’inspiration ailleurs que des gâteaux. Comme par exemple, pour mon gâteau Halloween du chaudron de sorcière, je me suis fait un tableau de toutes sortes de photo de sorcières, de potions magiques, d’étiquettes de poison et de chaudrons rustiques. J’ajoute parfois des tableaux de couleurs. Ça m’inspire beaucoup plus et ça m’empêche de recréer un gâteau similaire aux autres. C’est important pour moi de réaliser des gâteaux uniques en leurs genre. Pour continuer, je me filme étape par étape en train de créer le gâteau et j’explique en temps réel ce que je fais. Pour finir, je prends des photos, la seule chose qui nous reste de notre art une fois le gâteau mangé. La dernière étape pour moi est d’éditer les vidéos et de les mettre sur mon école en ligne. D’ailleurs, j’ai partagé mon horaire de ‘’semaine de commande’’ sur mon blogue. Encore une fois, pour y jeter un coup d’œil, le lien sera à votre disposition plus bas.

 Quelles sont tes sources d’inspiration pour les formes, couleurs et textures d’une décoration d’un gâteau ?

Absolument tout. Je vois chaque objet, chaque texture, chaque outil comme une inspiration. Il m’arrive même de regarder des vidéos de peinture, d’arts plastiques, d’arts en papier pour m’inspirer de techniques, de couleurs et de textures. Le domaine du cake design peut s’inspirer de tous les arts. Mon type de gâteaux préférés à réaliser est le gâteau réaliste 3D à structure donc j’adore m’inspirer de la réalité pour arriver à bluffer les gens.

 Comment décrirais tu le mieux ton style de gâteau ? Ta signature en quelque sorte 

Des gâteaux qui ne ressemblent pas à des gâteaux hahaha. Des gâteaux qui vous décrochent la mâchoire. C’est le style que j’aime faire. Des gâteaux qui bougent, qui sont suspendus, des gâteaux avec effet spéciaux. Comme je disais, j’aime innover, donc n’importe quoi qui est différent. J’avoue avoir un penchant pour les fleurs en sucre et l’isomalt aussi. J’aime bien faire des gâteaux plus classiques une fois de temps en temps.

 Une technique que tu affectionnes en particulier ?

La technique à l’envers. Connaissez-vous ? C’est la technique de glaçage où l’on renverse le gâteau à l’envers pour des côtés parfaitement droits. Je n’ai pas inventé la technique, mais on me connait beaucoup grâce à cette dernière. C’est une de mes premières vidéos sur Youtube et une des plus populaires. J’ai l’impression que c’est une des techniques qui me représente le plus. C’est innovant et ça me fait sauver du temps. Je ne sacrifie pas le lissage parfait des gâteaux. Je vous montre comment faire, le lien de la vidéo sera plus bas.

Sinon, la suspension des gâteaux est devenue une de mes marques de commerce. J’ai réalisé quelques gâteaux suspendus depuis quelques années et je compte bien continuer. J’adore en faire et j’adore enseigner comment les réaliser.

 Qui admires-tu le plus dans l’industrie de la pâtisserie créative et pourquoi ?

Avez-vous des plans pour la prochaine semaine ? Parce que ma liste pourrait être longue hahaha. J’ai une admiration pour une tonne d’artistes sucrés. Entre autre mon amie Véronique LECOURS de https://biscuitsugart.com. Elle est travaillante, créative et je suis très heureuse d’avoir travaillé en collaboration avec elle sur plusieurs projets. Elle enseigne aussi l’art sucré mais sous forme de biscuits ou d’images comestibles. On se complète bien et on voit souvent les choses de la même façon. On s’encourage toutes les deux à repousser nos limites, à exploiter notre potentiel malgré les difficultés de la vie en général. Nous sommes des amies qui veulent voir l’autre réussir. C’est une amitié professionnelle et personnelle à la fois. J’admire beaucoup ce qu’elle accomplit et ça m’inspire à réaliser de mon côté des projets.

 Quelle est l’histoire du sucre au four ?

Le sucre au four est d’abord parti de rien, c’était une page Facebook où je partageais mes gâteaux que je faisais pour ma famille et ami(e)s sur ma table à manger. J’avais peu ou pas d’outils… j’avais regardé des vidéos sur Youtube et mes gâteaux étaient denses et sucrés. C’était affreux, mais ça faisait mon bonheur. Ensuite, c’est devenu plus réel, c’est devenu une micro-entreprise pour quelques années pour finir par se transformer en école en ligne avec plus de 1000 élèves. Ma chaine Youtube grandit rapidement et j’enseigne désormais à temps plein.

 Tes qualités ? Tes défauts ?

Je vais commencer par mes défauts, je trouve ça plus facile puisque je les connais très bien. Je suis difficile envers moi-même. Je ne demande rien de moins que la perfection et je m’ajoute généralement des tâches à chaque semaine tout en sachant que j’ai un horaire chargé déjà. Je voudrais tout faire, et tout de suite. Ça me crée beaucoup d’anxiété. Je travaille là-dessus depuis un bout, mais je suis encore victime de ma sévérité. Je suis aussi impatiente. Je déteste les imprévus ou les changements de plans parce que ça ajoute généralement du temps ou ça nécessite plus de travail. Et dans un horaire chargé…c’est un plan pour une catastrophe. Je réussis à m’ajuster en cas d’imprévus, mais les gens autour de moi savent que ça ne me fait pas plaisir… je le fais généralement savoir assez clairement. Oh et je me distrais facilement…c’est parfois difficile.

Mes qualités? C’est toujours plus difficile de se trouver des qualités vous ne trouvez pas ? Je suis travaillante, je suis passionnée, j’adore ce que je fais et j’adore aider les gens. Je suis une personne à l’écoute de mes élèves et je prends assez bien la critique.  Je veux toujours améliorer mes gâteaux et mon service. Je pense que je suis assez fière de ce que j’offre et malgré mes défauts je pense que ce sont des qualités desquelles je de quoi être fière.

 Tes 5 indispensables ?

  •  Des bonnes recettes, il faut tester et gouter les recettes jusqu’à ce qu’on trouve ce qu’on aime. C’est beaucoup d’essais/erreurs. C’est nécessaire.
  • La pâte à sucre : Trouver votre pâte à sucre. Tester plusieurs sortes, ce n’est pas parce que moi j’aime utiliser une marque qu’elle sera celle qui sera adapter pour vos besoins. C’est tellement personnel comme choix.
  • Une équerre, pour la technique à l’envers c’est l’idéal ! Je ne peux pas m’en passer. Je l’utilise depuis des années.
  • Les ‘’sugar smoother’’ et ‘’sugar shapers’’ de innovative sugar works. LES meilleurs lisseurs de ganache et de crème au beurre pour des gâteaux sculptés qui ont des formes non conventionnelles. J’ai même fait un review (lien plus bas), je recommande chaudement.
  • Des moules à gâteau de qualité. Parce que vos gâteaux doivent aussi être bon et moelleux. Les moules peuvent définitivement changer le résultat d’un gâteau bien cuit ou non. En plus, ça se conserve très longtemps. J’ai les miens depuis plus de 8 ans et ça vaut le prix. J’aime personnellement les ‘’fat daddios’’.

 

 Que s’est-il passé dans ta tête lorsque tu as cuit et décoré ton tout premier gâteau ?

Une flamme ses allumée. J’ai eu tellement de plaisir. J’ai adoré le présenter aux autres, et à le préparer avec ma sœur. J’étais fière d’avoir accomplie quelque chose. C’était rafraichissant. J’ai vu une opportunité de pouvoir m’épanouir à de la création sucrée et c’était le début d’une belle aventure.

 Justement, peux-tu nous monter ton premier et dernier gâteau ? 🙂

 Hahaha oui, Mon premier gâteau à été fait en 2011, pour le 70ième anniversaire de ma grand-mère. La photo est affreuse, mais c’était tout un accomplissement sachant que je n’avais rien comme outil. Mon dernier gâteau est une guitare que l’on peut suspendre et même la porter comme une vraie. Mon style a beaucoup évolué depuis le début. J’ai vraiment complété ma passion avec les ‘’gravity cake’’, les gâteaux sculptés et à structures. J’adore essayer de trouver des solutions pour créer de vrais objets en gâteau.

 

C'est quoi je mange? Je mange de la guitare hahaha

Un petit aperçu du cours du mois de Février!

Gepostet von Le sucre au four am Dienstag, 22. Januar 2019

 

As-tu des conseils pour celles et ceux qui souhaiteraient lancer leur entreprise?

Oui. Préparez-vous pour l’un des projets les plus valorisant, mais aussi l’un des plus difficiles que vous aurez à faire de votre vie. Être travailleuse autonome n’est pas une chose facile à faire et vous devrez vous montrer fort(e) pour réussir à garder votre entreprise en vie. Trouvez votre style et exploitez-le le plus possible. Montez-vous un portefolio, prenez de belles photos, et testez, testez, testez. Testez des recettes, des techniques et devenez l’artiste que vous avez toujours voulus être. Le portefolio est selon moi ce qui vend le plus. Vos gâteaux parleront d’eux-mêmes. À mes yeux, vos photos de gâteaux sont ce qui vend le plus. C’est ce que les gens veulent voir avant de passer une commande. C’est ce que les gens partagent sur les réseaux sociaux, c’est la meilleure façon de se faire connaitre, d’accumuler des clients et de vivre de votre passion.

 Un dernier p’tit mot ? 🙂

Amusez-vous ! Si la création de cake design ne vous passionne plus, ne le faites plus. La vie est trop courte pour se forcer à faire quelque chose qu’on n’aime plus. J’ai moi-même faite un saut et un ‘’changement’’ dans ma carrière il y a quelques années. C’est ce qui m’a poussé vers l’enseignement du cake design à temps plein et c’est l’une des meilleures décisions que j’ai prises.  Ça fait peur, mais quand on veut on peut. Je suis passée de quelque chose qui fonctionnait à l’inconnu. Mais je l’ai fait pour les bonnes raisons. Aujourd’hui je remercie mes choix.

Trop d’artistes sucrés s’empêchent de procéder à des changements dans leur entreprises.  À faire des gâteaux qui les passionnent vraiment, par peur. En 2019, il faut arrêter d’avoir peur. En 2019, je veux voir des entrepreneurs sucrés avec des entreprises de cake design qui les passionnent.

  Question bonus : On dit une cake designer ou designeuse ? 🙂

Pour moi, j’aime le titre d’artiste sucré. Je me considère comme une enseignante sucrée. Ici au Québec, on dit une cakeuse 😛 ou décoratrice de gâteaux.

 Pour suivre Sandra 

École en ligne : www.lesucreaufour.com

Facebook : https://www.facebook.com/lesucreaufour/

Instagram : https://www.instagram.com/lesucreaufour/?hl=fr-ca

Pinterest : https://www.pinterest.fr/lesucreaufour/

Chaine Youtube : https://goo.gl/SVQCTq

 Quelques vidéos du sucre au four

Vidéo de différence entre le cake design français et québécois

 

Review d’outils de lisseur de innovative sugar works

Article d’organisation d’une semaine de commande

https://lesucreaufour.com/je-faisais-tout-la-veille/

 

0

neque. nunc Aenean venenatis, dolor ut ut id